2022-12-05

Un débat d’orientation budgétaire et deux visions de société opposées.

Le 19 octobre 2021 a eu lieu le débat d’orientation budgétaire 2022. L’occasion d’en savoir plus sur les intentions de la majorité pour l’année à venir. L’occasion également pour Amandine Germain et David Queiros de proposer des perspectives nouvelles pour le Département.

La collectivité est traversée par de nombreux bouleversements. Bouleversement des liens entre les individus, dans une société ultra- technologique et de plus en plus individualisé. Bouleversement climatique, avec un climat qui devient fou et des catastrophes qui se multiplient. Bouleversement économique, avec des riches de plus en plus riches et des pauvres de plus en plus pauvres.

Alors que l’activité humaine génère des désordres inédits, qui ont des conséquences sur le climat, la sécurité alimentaire, l’accès aux ressources vitales, la santé, les migrations…et alors que la COP 26 vient d’accoucher d’une souris, comment agir rapidement et efficacement, chacun à son échelle ?

Nous ne croyons évidemment pas aux réponses simplistes, aux tentations populistes et au repli identitaire qui profitent de la complexité et des incertitudes d’une société en perte de repères, qui profitent aussi des colères et des inquiétudes, souvent légitimes, pour amplifier l’anxiété collective.

Il nous faut redonner du sens à ce qui fait lien entre nous tous, ce qui nous rassemble, anticiper et amortir les changements, imaginer et construire avec les citoyens des réponses neuves et adaptées. Pour cela, nous avons besoin de collectivités territoriales agiles, réactives, en capacité de dessiner un destin commun comme de remettre en question les vieilles recettes du passé.

Face à ces périls et ces enjeux, nous ne sommes pas dans la posture, le groupe UGES adopte une position responsable et constructive.

A cet égard, les orientations politiques que propose la majorité dans ce rapport peuvent laisser paraître, dans leurs intentions, quelques espoirs. Nous y retrouvons les principaux axes qui ont structuré le projet que nous avons porté en juin dernier et plusieurs de nos interpellations ces dernières années. Félicitons-nous d’avoir su être inspirant en matière de solidarité, d’innovation, de politiques d’inclusion, de politiques environnementales. La majorité semble dans adopter un virage important par rapport au précédent mandat. 6 dernières années qui ont vu un désengagement progressif du département en matière d’action sociale et un détricotage avec les relations iséroises…

On peut toutefois regretter fortement l’absence criante d’intentions en matière de démocratie participative dans ce contexte de défiance croissante à l’égard des Institutions et des élus. Comme nous pouvons regretter que la jeunesse ne fasse pas l’objet d’une attention forte et particulière, et soit évoquée aussi timidement. Dans un contexte socio-économique qui la laisse pourtant trop souvent sur le carreau et dont témoigne l’affluence record que connaissent les distributions alimentaires sur le campus.

Toutes ces orientations devraient trouver une traduction dans le budget 2022, et nous serons particulièrement vigilants à ce que le Département joue pleinement son rôle pour accompagner tous les Isérois durant cette période de crise comme pour prendre enfin l’ampleur des virages qu’il est urgent d’amorcer pour répondre au défi climatique.