2 février 2023

Tarification 2023 Enfance et famille : le groupe UGES reste vigilant

Sophie Romera, conseillère départementale de Grenoble 1, est intervenue en Séance publique sur les orientations de la tarification 2023 des établissements et services de l’enfance et de la famille. Le groupe UGES prend acte de la hausse du taux d’évolution des dépenses budgétaires et sera attentif à ce que le Département soit aux cotés des structures en cas d’augmentation des dépenses budgétaires.

L’évolution de la valeur du point d’indice de la Fonction Publique et notamment hospitalière présentement, ainsi que la revalorisation des salaires des personnels paramédicaux et socioéducatifs était très attendue. D’autant plus attendue que c’est la plus importante depuis plus de 35 ans. Mais suffira-t-elle pour compenser l’inflation et empêcher le grignotage année après année du pouvoir d’achat ? Certainement pas.

Compensera-t-elle les horaires de travail difficiles et les conditions d’exercice de ces métiers, qui constituent la principale raison du turn-over considérable dans ce secteur ? La réponse est encore non.

Néanmoins, le Département doit s’assurer, en tant que chef de file de l’action sociale, que cette dépense supplémentaire de personnel soit soutenable pour les différentes structures du secteur et doit les accompagner financièrement dans ce sens.

La hausse du taux d’évolution de +1,10 % que propose la majorité pour les dépenses budgétaires des établissements et services sociaux, doit, entre autres, couvrir cette évolution. C’était notamment l’objet du questionnement des élu.e.s UGES en commission Action Sociale. Il est essentiel que la tarification 2023 permette de couvrir ces charges de personnel. La majorité départementale a répondu par l’affirmative, nous en avons pris acte.

Pour autant, une attention particulière reste nécessaire car d’autres types de dépenses vont indéniablement grever ces budgets. La crise énergétique que nous traversons, qui rend toute prévision plus que difficile, nous empêche d’y voir clair. Elle impacte les dépenses d’alimentation, mais aussi bien d’autres catégories de produits de consommation courante dont les établissements sociaux ont besoin au quotidien.

Le Département a affirmé qu’il répondra présent, nous notons cet engagement. Cependant nous devons rester attentifs et vigilants. C’est pourquoi le groupe UGES s’est abstenu sur ce rapport.

Laisser un commentaire