Proposition 12.

Offrir à chaque personne âgée ou en perte d’autonomie une solution.

La crise sanitaire a remis en évidence les questions liées à la dépendance dans notre pays, et le fait que la mortalité du covid ait été concentrée sur les résidents des Ehpads pose avec encore plus d’acuité la question de la fin de vie en Ehpad, des moyens alloués aux personnels et aux résidents comme des nouveaux modèles à imaginer pour demain.

Alors qu’on estime à 4 millions le nombre de séniors en perte d’autonomie d’ici 2050. Le Département ne peut intervenir seul sur le sujet et travaille en étroite collaboration avec l’Agence Régionale de Santé (ARS). Il dispose toutefois d’un certain nombre de leviers.

Notre proposition, en détail.

S’il s’avère nécessaire de continuer à créer des places en établissements médicalisés (EHPAD), nous savons aussi que non seulement les crédits de l’ARS se raréfient, mais que certaines personnes souhaitent privilégier autant que possible leur maintien à domicile. Dans ce contexte, il faut innover et inventer des solutions nouvelles pour relever le défi de la dépendance. C’est ainsi que nous proposons d’intervenir tout à la fois dans 3 directions :

Favoriser la vie à domicile et lutter contre l’isolement et la solitude des aidants et des aidés. 

  • Accompagner les services d’aide à domicile dans la formation, le recrutement, les remplacements des aides à domicile, et la valorisation du métier,
  • Aider financièrement à l’adaptation des logements individuels,
  • Déployer partout en Isère des bouquets de service permettant tout à la fois de s’appuyer sur les nouvelles technologies du numérique et sur des aides humaines, avec des référents de parcours pour assurer veille et continuité dans les prises en charge des personnes
  • Accompagner les aidants, à travers des aides pour permettre le droit au répit et aux séjours permettant de “souffler”, à travers des espaces d’échanges.

Innover sur les formes d’hébergement intermédiaires entre le domicile et l’établissement médicalisé “classique” :

  • Poursuivre le développement des Résidences Autonomie (ex foyer-logement)
  • Déployer les dispositifs tels que DIGI favorisant la cohabitation inter-générationnelle
  • Innover en lançant en Isère des projets de “béguinage public” : habitats partagés, avec services, gardiennage et animation en commun portés par un bailleur social pour limiter les côuts

Développer les places en EHPAD et en établissements pour personnes en situation de handicap et améliorer la qualité de vie en leur sein : 

  • Soutenir et négocier avec l’Agence Régionale de Santé pour continuer à créer des places en établissements pour personnes âgées et pour personnes en situation de handicap en Isère, qui reste un département déficitaire, 
  • Confier la gestion des établissements à des gestionnaires sous statut non-lucratifs (publics, associations ou mutualistes), permettant de limiter le reste à charge pour les familles,
  • Améliorer la qualité de vie dans les Ehpad, en poursuivant les programmes de modernisation, et en favorisant la végétalisation, la présence d’animaux de compagnie autant que cela est possible,
  • Lancer des appels à projets pour financer des animations régulières dans le domaine du bien-être, de la culture, du partage et de l’intergénérationnel,
  • Travailler avec les établissements concernés à la revitalisation des Conseils de Vie Sociale permettant d’associer les familles à l’organisation de la vie au quotidien au sein des établissements,
  • Venir en support aux établissements, selon les besoins, pour favoriser une restauration locale et de qualité
  • Participer, en tant que département, aux plaidoyers réclamant une forte hausse des moyens publics pour accueillir et prendre soin des résidents dans une dignité véritable.