Proposition : Solidarité

2. Organiser le Printemps Isérois des Solidarités dès septembre 2021 : engager la concertation avec les Isérois, les acteurs sociaux, les services du Département pour construire les outils face à la crise actuelle, notamment d’accompagner vers l’emploi les milliers de nouveaux allocataires du RSA ;

Le département est “chef de file de l’action sociale” selon la loi ; c’est donc lui qui est chef d’orchestre dans l’organisation des politiques sociales, qui donne le cap, qui met en lien les acteurs de la solidarité à l’échelle départementale :

les communes, intercommunalités, et leur CCAS, les associations du champ social, les travailleurs sociaux et professionnels du Département. Il est nécessaire de reconstruire en Isère le partenariat nécessaire entre tous ces acteurs, seul garant de l’efficacité de l’intervention publique.

Par ailleurs, le contexte de crise sanitaire inédite que nous traversons a des répercussions fortes dans le domaine économique et social et impacte l’intervention du Département :
Entre 2019 et 2020, le nombre d’allocataires du RSA a augmenté de 10% (+ 2200 personnes sur un total de d’environ 24000 allocataires) et de nouveaux profils sont entrés dans ce dispositif (travailleurs indépendants notamment).
Il apparaît urgent d’inventer de nouvelles formes d’accompagnement vers l’emploi, tant pour ces nouveaux publics, que pour tous les allocataires du RSA.
Cette situation se double de difficultés récurrentes rencontrées par les travailleurs sociaux pour faire face à des besoins sociaux croissants, dans un contexte de rationalisation et de raréfaction des moyens. Le sens de l’action publique dans le champ social et le cap donné par le Département en la matière est trop souvent absent au profit d’une vision gestionnaire des dispositifs sociaux. 
Enfin, les nombreuses associations qui interviennent dans le champ social subissent trop souvent les contraintes d’appels à projets dont les contours restent dessinés sans les associer, dans une considération très descendante. Loin d’être des prestataires de services, nous pensons au contraire que les associations comme tous les acteurs du social doivent co-construire avec le Département les solutions nouvelles pour sortir de la crise que nous rencontrons. Seul, le Département peut faire mais peu, ensemble nous pouvons faire plus et mieux.

Notre proposition, en détail.

Nous proposons donc d’engager la concertation dès le début du mandat à travers “le Printemps des Solidarités” en associant les agents du Département intervenant dans le champ social ”, les associations concernées, les collectivités locales et l’Université pour envisager des solutions et idées nouvelles permettant un accompagnement renforcé et efficace des allocataires du RSA vers l’emploi. Nous nous autoriserons à réintérroger l’organisation actuelle des politiques sociales du Département dans le souci d’une plus grande efficacité, intelligence collective et proximité avec les partenaires et les publics concernés. 

Objectifs :

  • inventer des solutions neuves pour accompagner vers l’insertion et l’emploi de manière renforcée les allocataires du RSA
  • redonner de la considération et prendre soin de ceux qui prennent soin
  • recréer des réseaux pour lutter contre l’isolement
  • solidifier une culture commune dans le respect des différences, favoriser les coopérations
  • donner voix au chapitre aux personnes concernées : elles sont les expertes de leurs besoins
  • relier praticiens et chercheurs afin d’améliorer les pratiques

Au 1er trimestre 2022 : lancement de la concertation.

Septembre 2022 : mise en œuvre des décisions élaborées.