2022-10-03

Un réseau cyclable pensé en concertation avec les associations d’usagers et les fédérations agréées

Lors de la séance publique du 17 mars 2022, la majorité départementale a présenté sa stratégie en matière d’aménagements cyclables notamment sur les routes départementales et les abords des collèges. Jérôme Cucarollo, conseiller départemental du canton de Grenoble 2, a salué cette orientation tout en souhaitant la concertation avec les associations d’usagers et les fédérations agréées lors de la définition des aménagements. Un amendement a été présenté par le groupe UGES en ce sens et a été rejeté par la majorité. Les élu.e.s du Groupe UGES se sont prononcés en faveur de la stratégie cycles.

Les élu.e.s du Groupe UGES se félicitent de voir que le Département de l’Isère souhaite pleinement prendre sa part dans les politiques cyclables. Si la pratique du vélo a déjà été évoquée en séance du conseil départemental avec des termes peu élogieux, nous sommes ravis de voir que la majorité fait évoluer ses positions.

30 millions d’euros c’est bien, mais nous espérons que bientôt le Département de l’Isère prendra le même chemin que celui de l’Ile et Vilaine qui, avec 150 000 habitants de moins, propose un plan vélo à 70 millions d’euros. Il reste donc du travail à faire.

Nous soulignons de très bons éléments dans ce rapport comme la prise en compte du cyclotourisme dans la structuration du réseau, qui permet son utilisation pour des trajets domicile-travail comme souligné par le CEREMA.

L’arrivée et la démocratisation du vélo électrique permet aujourd’hui d’allonger les distances et d’augmenter encore la pratique du vélo. Au vu de la hausse majeure du prix du carburant, le vélo électrique constitue une alternative très intéressante à la voiture.

Nous avons souhaité présenter un amendement pour améliorer la continuité et la qualité du réseau cyclable isérois. Il existe parfois des situations où les aménagements cyclables ne sont pas assez pris en compte, c’est notamment le cas sur des projets en cours comme le contournement de Chirens ou la route départementale 1075.

L’amendement que nous avons proposé accorde une meilleure place aux associations d’usagers et aux fédérations agréées dans la concertation lors de la conception de nos aménagements. Cela permet d’éviter les erreurs et les points dangereux. Dans un réseau cyclable, on le sait maintenant après la publication de divers travaux et études sur le sujet, l’important est la sécurisation du réseau de bout en bout. Un seul « point dur » au milieu d’un itinéraire peut dégrader la sécurité de plusieurs kilomètres de route.

Notre amendement est un amendement d’efficacité qui permet la création d’un comité de suivi comprenant les associations d’usagers et les fédérations agréées. Celui-ci se réunira au moins deux fois par an pour faire un point d’avancement du schéma cyclable, avec les projets en cours et à venir. Il associerait le Vice-Président en charge des mobilités, les services du Département ainsi que l’ensemble des conseillères et conseillers départementaux volontaires.