03/02/2024

Soutenir des services de soin de proximité

Lors de la séance publique du 30 juin, Daniel Bessiron est intervenu sur le soutien financier du Département au projet de rénovation de l’hôpital Michallon. Les élu.es UGES sont favorables à la participation financière du Département pour ce projet qui permettra l’amélioration des prises en charge et de meilleures conditions de travail pour le personnel hospitalier. Le groupe UGES souhaite que des engagements aussi ambitieux soient pris pour les 3 autres pôles du CHUGA dont l’Hôpital Sud.

Le Centre hospitalier universitaire Grenoble Alpes joue un rôle majeur et indispensable à l’échelle de la grande agglomération grenobloise et du Département de l’Isère. Son activité médicale représente 432 000 journées d’hospitalisation, 39 000 interventions chirurgicales, 14 000 interventions du SAMU, 3 800 naissances et 142 000 passages aux urgences. Et c’est plus de 9 000 agents hospitaliers qui travaillent au service des patient.e.s.

Un plan d’investissement ambitieux a donc été étudié par la direction du CHUGA, qui recherche à ce jour un soutien politique et financier pour sa réalisation.

De toute évidence cela fait suite aux différents engagements pris par l’État en juin 2021 et ceux de son ministre des solidarités et de la santé de l’époque M. Olivier Véran.

En effet dans le cadre du Ségur de la Santé, le gouvernement annonçait une nouvelle méthode d’investissement en rupture avec les principes engagés ces dix dernières années en évoquant que les actions futures seraient focalisées sur le projet médical à l’échelle du territoire en réponse aux besoins de soins.

Ce rapport présente un projet ambitieux de schéma directeur pour la rénovation complète du site de Michallon. Il représente une dépense de 496 M € sur trois phases qui s’échelonneront sur 2029, 2032 et 2035.

Outre le plan de financement prévisionnel qui a été élaboré avec une aide du Ministère de la santé de 171 M €, de 30 M € de l’Agence régionale de santé (ARS), un autofinancement global de 245 M € qui reposera à la fois sur 59 M € de prélèvement sur fonds de roulement sur la durée totale de l’opération et d’un emprunt de 186 M €, ainsi qu’un besoin de financement complémentaire de 50 M €.

Ce dernier montant de 50 M € fait appel à l’engagement des collectivités territoriales (ville de Grenoble, Grenoble Alpes Métropole, Le Département de l’Isère et la Région Auvergne Rhône Alpes).

Les élu.e.s s’interrogent sur le montant des participations des autres collectivités et des échanges que la Département a dû avoir à ce sujet avec les autres acteurs institutionnels concernés.

Il ne s’agit pas de remettre en cause l’intérêt de ce projet mais d’attirer aussi l’attention sur la situation de l’Hôpital Sud.

Cet établissement représente un service public de santé déterminant pour la Métropole, la ville d’Échirolles et plus largement pour le grand sud grenoblois.

Construit pour les JO de 1968, il est à la pointe dans la prise en charge des pathologies liées aux sports et il accueille en nombre les victimes d’accidents liés aux activités de montagne.

Par le passé et à plusieurs reprises, les 4 blocs opératoires de l’Hôpital Sud ont été menacés de fermeture. Se rajoute aussi la crainte pour le service des urgences et de celui des hospitalisations de la filière orthopédie.

Les élu.es UGES ont tenu à rappeler que l’activité de ce premier « trauma center » de France se révèle dynamique car à lui seul, il assure plus de 16 000 passages aux urgences, 56 000 interventions d’imagerie et plus de 21 000 consultations d’orthopédie
et traumatologie.

A travers ce plan d’investissement porté par le CHUGA, le groupe UGES aurait souhaité, afin de rassurer tout le monde, qu’une réflexion plus élaborée soit engagée sur les 3 indispensables pôles du CHU : Michallon, l’Hôpital Sud et celui de Voiron. Il aurait pu être également intégré une réflexion concernant l’avenir des urgences de la Mutualiste ou des difficultés rencontrées par le CHAI.

La nécessité de maintenir des services de soin de proximité à l’échelle des territoires Isérois se révèle indispensable et déterminante.

Les élu.e.s UGES soutiennent la participation financière du Département de l’Isère à hauteur de 15 M€ mais demandent de faire preuve de vigilance et exigent des engagements concernant l’avenir des établissements hospitaliers cités précédemment.

Laisser un commentaire