03/02/2024

Développer et structurer des filières forestières bois énergie en Isère

Dans le cadre des débats budgétaires entourant les questions de la forêt et de la filère bois, Daniel Bessiron est intervenu pour le groupe UGES afin de proposer que le Département s’engage volontairement dans le développement et la structuration d’une filière local bois énergie.

A l’échelle de nos territoires communaux, départementaux et nationaux, la gestion des forêts et le développement de la filière bois passe inévitablement par des politiques ambitieuses. Dans le département de l’Isère le taux de boisement est de 40%. Il représente une surface forestière d’environ 314 000 ha. Sur le territoire Métropolitain, la forêt représente même environ 60% de la surface et nombreuses sont les parcelles privées de moins d’un hectare qui ne sont pas entretenues. Dans notre département la surface moyenne des propriétés est d’environ 1,7 ha, alors que la moyenne nationale est de 9 ha. C’est 90% des propriétaires qui ont des surfaces inférieures à 4 hectares et seulement 10% auraient une surface supérieure à ce chiffre.

Que la forêt soit périurbaine, rurale ou montagnarde elle représente de multiples enjeux pour les Isérois. C’est pourquoi, nous nous devons d’avoir un Département de l’Isère qui reste dynamique, visionnaire et qui agit réellement pour l’ensemble de cette filière forestière.

Aujourd’hui, à travers le budget proposé pour les forêts et la filière bois, le groupe UGES constate une baisse financière de 10% par rapport à 2023 (soit un peu plus de 120 000 €). Cette baisse est liée à la suppression de deux lignes de crédits en investissement :

  • Au niveau du bois Energie (-32 000 €) concernant la valorisation des sous produits issus de l’exploitation forestière  en zone de montagne.
  • Et la Connaissance forêt (-92 000 €) qui visait à soutenir les actions de l’ONF, du CRPF et de la Chambre d’agriculture au sujet de la caractérisation technique et environnementale de nos forêts.

Or, il nous semble que pour répondre aux enjeux de développement durable nous devrions tendre vers un territoire à énergie positive et la filière bois énergie constitue un réel enjeu pour notre département ou un potentiel de développement existe. Avec des enjeux environnementaux par l’utilisation d’une énergie renouvelable, des enjeux économiques par la mise en place de circuits de proximité au sein des territoires. Sans oublier l’intérêt d’avoir des coûts énergétiques stables et inférieurs à ceux que nous connaissons des énergies fossiles. Des enjeux sociaux par la création d’emplois notamment en milieu rural.

Devant l’urgence de développer les énergies renouvelables, le groupe UGES aurait souhaité que le Département de l’Isère soit plus volontaire sur l’organisation de la production de plaquettes bois énergie à partir d’une part de nos propres ressources (taille des lisières des routes départementales, valorisation des bois d’éclaircies et de houppiers issus des travaux sylvicoles…).

Par ailleurs, Il pourrait avoir l’ambition de s’engager comme d’autres départements à accompagner la création et la gestion d’un réseau de plateformes de stockage et de séchage des plaquettes bois de proximité. Car nous manquons à l’échelle de nos territoires Isérois de structures adaptées permettant ainsi l’approvisionnement des chaufferies bois de nos collèges ou des collectivités.

Face au changement climatique et à l’épuisement des ressources fossiles, le bois énergie doit jouer un rôle important constituant une réponse aux problématiques énergétiques que nous connaissons depuis plusieurs années. Ce travail pourrait s’étendre à la fourniture des bois bûches qui connaît lui aussi un fort engouement depuis plusieurs années pour le chauffage des habitations individuelles. En France, face à l’envolée du prix des énergies en quelques années on a assisté à l’explosion des ventes de poêles et de cheminées à bois. Et ce malgré le fait que le prix du bois a augmenté de 20 % en une année sous l’effet de l’inflation et de l’augmentation du coût des énergies. En trois ans le prix d’un stère de bois est passé de 60 à 90 €.

C’est dans cet objectif de valorisation des forêts locales et de respect de l’environnement par l’utilisation d’une ressource de proximité que le Département de l’Isère doit choisir de soutenir le développement des filières forestières bois énergie et bois d’œuvre car nous avons un véritable rôle à jouer pour garantir la valorisation de nos ressources.

Laisser un commentaire